L’art de vivre à la française

Les palaces, les nantis, les grands de ce monde font appel à Miss Metro pour organiser leur quotidien, et leur réceptions avec comme critères « l’étiquette »  dont elle est la meilleure spécialiste.

 

L’étiquette, ou les codes de l’art de vivre à la française.

L’étiquette, ou les bonnes manières qui dirigent les comportements en société. Dire bonjour en entrant dans un lieu public, un bureau, une réunion n’a plus l’air de concerner grand monde, dire merci ? mais c’est du chinois… au revoir, pourquoi ? Comme chacun peut le constater, ces règles se délitent au profit d’un je m’en foutisme et d’une goujaterie ambiante qui s’aggrave, pour preuve un sondage de 2012 constate que ce manque de respect et de courtoisie est le mal principal engendré par la crise…

Pourtant se tenir en société, être courtois, élégant (dans le sens faire attention à l’autre ou l’élégance du coeur) est le premier rempart contre la barbarie. Pas question évidemment – au cas où – d’aller combattre l’ennemi le petit doigt en l’air, en Jimmy Choo dorées de 12cm et en tailleur Dior, chic, mais ridicule. Il s’agit juste de se tenir, de respecter certaines règles sans pour autant être obséquieux. Déjà ce serait bien de renouer avec un vocabulaire simple: bonjour, au revoir, merci… ce n’est pas grand chose, oui, mais c’est comme la musique, ça adoucit les meurs.

 

 

Dans l’histoire, le premier manuel d’art de vivre en société se retrouve en 1530, dans le traité d’Erasme, théologien néerlandais, humaniste il a été le 1er intellectuel européen. Ce traité à été suivi par le traité d’un Italien en 1550. En France les références sont Eliénor de Poitier, Henri III et Louis XIV.

 

 

 

Nec plus Ultra,

le magazine de l’art de vivre, encouragé par le succès d’audience qu’ont recueillit les reportages sur les codes de vie en société, déjà diffusé et que l’on peut retrouver sur Nec plus ultra YouTube dans la rubrique – conseil – ajoute une série de huit reportages sur ces codes modernisés et mal connus.

Aujourd’hui est diffusé un reportage sur l’Ecole Hôtelière de Besançon. Nous avons suivit Miss Metro venue comme consultante prodiguer ses conseils aux futurs gouvernantes et majordomes, c’est là aussi qu’elle a apprit son métier. Elle est aujourd’hui consultante en « étiquette » demandée dans les meilleurs maisons et palaces du monde .
Une mise en bouche et une bonne information pour celles et ceux qui sont intéressés par ce métier aux appointements séduisant.