Les cellules souches au secours de la beauté

Les cellules souches ne sont plus une découverte. Depuis plus de 3O ans, des chercheurs du monde entier : USA, Angleterre, Israël, Chine, Belgique et Suisse s’intéressent à l’enjeu des thérapies cellulaires dont les avancées sont spectaculaires. De l’arthrose au rajeunissement et à la cosmétique, les avancées sont spectaculaires.

Les cellules souches pourraient tout faire : fabriquer du sang, de la peau, des cartilages, du muscle et même des neurones. Ces cellules sont extraites d’embryons humains dont la recherche est très encadrée en France, autorisée avec autorisation du ministère et certaines dérogation. On en prélève dans le sang, la moelle épinière et la graisse. Traitées après quelques manipulations pour être isolées, elles sont ensuite injectées au patient.

Aujourd’hui elles permettent de traiter, réparer et reconstruire. En France, à Marseille, Guy Magalon, chirurgien plastique et esthétique conduit des recherches sur l’apport dans des greffes de cellules souches dans la restauration d’organes et la médecine esthétique. Guy Magalon pense que nous seront soignés par nos propres cellules, quel que soit le mal dont nous souffrons. Il a soigné avec succès un patient atteint de sclérodermie, maladie auto-immune qui déforme les membres qui en sont atteints, une maladie douloureuse et dont l’issue est fatale. Ce succès a intéressé le Dr Luigi Polla, dermatologue et co-fondateur de Forever à Genève, un centre de laser qui a décidé de traiter le rajeunissement et la restauration de la peau avec des injections de cellules souches, extraites de la graisse.

Les résultats conclus des recherches et essais avec le docteur en biologie Gianni Soldati du Laboratoire Swiss Stem à Zurich, les poussent à demander l’autorisation d’utiliser les cellules souches dans le domaine de la médecine esthétique. Les autorités suisses ont accordé cette autorisation en juillet 2014.
Les effets de cette pratique permettraient d’inverser le processus de vieillissement de la peau en apportant des cellules jeunes et fraiches pour régénérer les tissus.
Pour le reportage, réalisé fin février à Genève, j’ai servi de cobaye. Il faut attendre deux ou trois mois, le temps que les cellules se reproduisent pour avoir un résultat visible. Mais déjà, la peau commence à se repulper.

La suite, dans le reportage.

Les cellules souches au secours de la beauté