La Saint Valentin, cadeaux de dernière minute…

La Saint Valentin ma fête préférée, celle des amoureux. Elle tombe chaque année le 14 février. Ce 14 février 269 est pourtant une date funeste, c’est la date anniversaire du martyr et de la décapitation de Valentin. Injuste châtiment à celui qui convertit au christianisme une jeune romaine et sa famille et qui rendit la vue à Julia, la fille de son geôlier. Julia était amoureuse de Valentin. C’est la légende. 

La fête est donc jeudi, la tradition veut que l’on échange ce jour-là : mots doux et petits cadeaux. 

Les idées de Nec plus Ultra.

Du rouge ou du rose pour conter la grisaille et du cœur pour réchauffer la morosité de l’ambiance.

Perrin

3 rue d'Alger - Paris 1er / Tel 01 42 36 53 54

Jean Michel CAZABAT

le site FARFETCH

Baccarat

11 place des Etats Unis - Paris 16 

Tzuri Gueta

 1 avenue Daumesnil - Paris

Sylvie Corbelin

Marché Paul BERT - SERPETTE

Siki de Somalie

30, rue Jacob - 75006 / Tel 01 42 60 61 10 

Le Bon Marché

Sidonie Larizzi

15, rue Clémént Marot - 75008

Karry Berreby

18, rue de Lille 75007 / 01 40 1563 72

ROOS&ROOS

Un diner en tête à tête chez Guy Savoy, sacrée meilleure table du monde

Monnaie de Paris, 11 quai Conti - 75006 / tel 01 43 80 40 61

Talmaris

30 avenue Mozart 75016

Renaud Pellegrino

8 avenue Victor Hugo - 75016

Chapon

52, avenue Mozart 75016

LINKSTONES, vendues chez TNC

Galerie de la Madeleine au 9, Place d la Madeleine à Paris
 Bracelets de galuchat rose et rouge avec cabochon d’améthyste ou tourmaline noire serti sur or ( 360 euros chacun )
Intensité du galuchat rouge avec le sublime grenat ( 330 e et 270e)
/ Élégance des manchettes en galuchat rouge avec grenat  et caramel avec oeil de tigre (330 e et 270 e)
délicatesse du galuchat rose  avec cabochon de grenat ou de cristal   ( 330 euros la grande manchette, 230 e la petite)

Exclusif pour les lecteurs de Nec plus Ultra -20%

Philippe Ferrandis

 346 rue Saint Honoré - Paris

Samuel Gassmann

au BON MARCHE rive gauche

Catherine Marin : Le secret d’un belle peau

Le cabinet se trouve 9, rue de Mulhouse à Paris dans le 2ème arrondissement. L’environnement est assez bruyant, il y a une lourde porte de bois, mais sitôt refermée le calme de la petite cour qu’il faut traverser
pour arriver chez Catherine Marin vous met déjà en condition, coolife. Le temps va s’arrêter 1h30 et l’on va repartir fraîche, détendue avec un teint radieux.

En un premier temps vous devez vous déshabiller et rester en culotte. Catherine vous examine de la tête aux pieds. Le corps et ses postures n’ont aucun secret pour elle. Elle est podologue et a suivi avec passion et
intérêt tout le cursus de médecine chinoise : léger surpoids , scoliose, asymétrie de la posture debout, etc, rien ne lui échappe. Ensuite elle vous fait allonger sur la table, vous mets des chaussettes et vous couvre d’une couverture. Il fait bon. Un léger fond musical vous berce pendant qu’elle vous étire le bas des jambes et vous masse les pieds. Pour le moment, rien à voir avec le teint ? Si, justement.
Tout en vous nettoyant la peau du visage et du décolleté avec un gel dépolluant réducteur de pores pour faire pénétrer les sérums anti – oxydants et hydratants, elle vous explique que l’épiderme est la boite noire de l’organisme, traiter le visage nécessite d’entretenir les physiologies du corps qui impact sur les imperfections de l’épiderme. Un masque suit. Elle emploi les produits anti-âge SKICEUTICALS. Pose du masque puis vient l’instant quasi magique du massage. Zone par zone, ses mains effleurent le front, les joues, le cou, le décolleté, puis elles recommencent en pinçant légèrement, ses doigts fins font pénétrer les produits avec des gestes rapides de petits palpés roulés. On ferme les yeux on lâche prise, on est bien. Si besoin un peu de pressothérapie pour retrouver des jambes légères, un peu de massothérapie et acuponcture corps pour optimiser les effets sur le visage. Repos quelques minutes.

On s’habille, on prend un thé (bio)on se regarde dans la glace. La peau est nette, le teint éclatant. On entretient à la maison grâce aux conseils que Catherine met par écrit, comme une ordonnance, pour que le soin perdure dans le temps. On ressort sans avoir besoin de se remaquiller. Efficace.

L’élégance selon Hervé Pierre

Hervé Pierre vient de passer trois jours à Paris pour présenter sa dernière collection aux acheteurs présents dans la capitale pour la fashionweek de Janvier 2019.  Quatorze  modèles, tout aussi désirables les uns que les autres. Pour le jour, le cocktail, petit diner ou pour un gala. L’essentiel de la garde-robe d’une femme élégante qui s’habille pour le plaisir sans se déguiser, sans provocation ou d’effet couverture de magazine en étant pourtant chiquissime, glamour et sexy.

Dans sa recherche de couturier (il a travaillé chez Dior, Balmain, Oscar de la Renta,  Caroline Herrera entre autre) Hervé Pierre ne s’appuie pas sur un thème pour raconter une histoire prétexte à effet de podium ou de délire photographique. Il habille des femmes, ce qui veut dire qu’il les rencontre, les écoute et rectifie son dessin en fonction des vœux exprimés par les clientes. Juste pour information sa 1èrecollection a été réassortie trois fois chez Bergdoff et Goodman : une première commande de trente pièces, dans la foulée une deuxième commande de quarante pièces et une troisième de quatre-vingts pièces. Les américaines qui prennent plaisir à s’habiller l’adore, on les comprend.
Chaque robe est doublée de soie stretch coquille d’oeuf pour le confort et le glamour, pour l’esthétisme et les finitions le passe poil ton sur ton cache les ourlets et les coutures, les poches sont dissimulées dans les coutures pour éviter les épaisseurs, les coutures savantes autant que discrètes affinent la silhouette, galbent ou gomme la poitrine. Un rêve ces robes, quasi magique. C’est le savoir-faire d’Hervé Pierre. Très haute facture, superbe qualité. N’oublions pas qu’il habille les premières dames des US, quelques actrices très exigeantes, la très fameuse directrice du Vogue américain Anna Wintour et la plus belle et élégante femme du monde Mélania Trump. Son Président de mari, donne son avis parfois et n’a jamais critiqué les modèles.  Est-ce un hasard ? 
Bonne nouvelle, ces robes seront en vente au printemps dans une jolie boutique parisienne. On vous donnera l’adresse au bon moment.

Marie-Ange Horlaville

Samsonite lance en exclusivité sa nouvelle collection : la Lite-Box Alu

Samsonite annonce le lancement de Lite-Box Alu, sa nouvelle collection de valises en aluminium. Inspirée de la Lite-Box Curv®, cette nouvelle version robuste et haut de gamme devrait séduire le plus grand nombre.

Depuis plus d’un siècle, Samsonite est la marque de référence du secteur de la bagagerie.
De la mallette en bois aux premières valises verticales à roulettes, Samsonite ne cesse de proposer aux voyageurs des bagages associant innovation, qualité, style, fonctionnalité et sécurité.
Aujourd’hui, la marque rajoute à son portefeuille produits une gamme complète de valises, dessinées à aller aussi bien en soute qu’en cabine. Avec toutes leurs fonctionnalités, leur robustesse et leur design, ces nouveaux modèles devraient rapidement occuper une place de choix parmi les best-sellers de la marque.

La Lite-Box Alu est le compagnon idéal pour les voyageurs qui cherchent une valise élégante pour transporter leurs effets personnels sans efforts et en toute sécurité. De plus, et grâce à son aluminium adonisé, ce modèle a été conçu pour durer.
«La collection Lite-Box Alu représente l’incarnation du design intelligent, déclare Erik Sijmons, Head of Product Design chez Samsonite. Nous avons conçu cette collection pour offrir un bagage à la fois robuste et raffiné »
Avec ces compartiments spacieux et ses sangles gaufrées, La Lite-Box Alu est dotée d’un intérieur entièrement équipé pour un rangement optimal. De plus, les différentes poches présentes sur ses coussins de séparation amovibles sont très pratiques pour ranger efficacement ses vêtements et autres articles de voyage.

Les modèles sont équipés de quatre roues silencieuses et d’une poignée de traction à double tube allongée assurant une manœuvre fluide et stable lors des déplacements.
Enfin, et pour toujours plus de sécurité, ces valises sont équipées du nouveau système de verrouillage sécurisé avec fonction TSA intégrée.

2018 : le Mucem confirme son attractivité

En 2018, le Mucem confirme son attractivité avec 1 335 000 visites (+6%), dont 501 342 (+21%) ont découvert une ou plusieurs expositions et 48 568 (+38%) ont participé à la programmation artistique et culturelle.
Nombre de ces événements ont rencontré leur public, grâce à de nombreux partenariats menés avec les structures culturelles du territoire et grâce à l’appui de ses mécènes.

La Galerie de la Méditerranée (deux expositions semi-permanentes) a confirmé son impact avec, pour « Connectivités » : 236 280 visites, et, pour « Ruralités » : 155 731 visites.

Les expositions au J4, achevées en 2018, ont enregistré les fréquentations suivantes :
– « Nous sommes Foot » (10 octobre 2017 – 4 février 2018) : 76 646 (759/jour) – « Roman-Photo » (12 décembre 2017 – 23 avril 2018) : 90 034 (783/jour)
– « Or » (25 avril – 10 septembre 2018) : 162 042 (1 296/jour)
– « Ai Weiwei – Fan-Tan » (20 juin – 12 novembre 2018) : 198 844 (1 518/jour)
– Rappelons que l’exposition « Georges Henri Rivière. Voir, c’est comprendre » (présentée depuis le 14 novembre 2018) est ouverte jusqu’au 4 mars 2019.

Dans les espaces du fort Saint-Jean, ont également été présentées cinq expositions :
– « Voyages imaginaires, Picasso et les ballets russes, entre Italie et Espagne » (16 février – 24 juin 2018) : 143 426 (soit 1 281/jour). Cette exposition a été menée parallèlement à l’exposition du Centre de la Vieille Charité ; les deux expositions totalisant 250 000 visites.
– « Domo de Eŭropa – Historio en Ekzilo » (16 juin – 30 septembre 2018) : cette présentation exigeante a passionné près de 5 000 visiteurs. Le Mucem a produit l’exposition de Thomas Bellinck revisitant l’histoire de l’Europe, en partenariat avec le Festival de Marseille.
– « Manger à l’œil – Les Français à table en deux siècles de photos » (20 juillet – 30 septembre 2018) : 61 076 (soit 925/jour)
– « Les Animaux de A à Z » (présentée depuis le 3 octobre 2018) est ouverte jusqu’au 4 mars 2019.
– Rappelons que l’exposition « Kacimi – 1993-2003, une transition africaine » (présentée depuis le 23 novembre 2018) est ouverte jusqu’au 3 mars 2019.

Au Centre de Conservation et de Ressources (1, rue Clovis Hugues – 13003) Le CCR a accueilli 3 760 visiteurs dans ses réserves visibles, 1 961 dans ses expositions dont 1 600 pour l’exposition « 5 ans déjà ! – Acquisitions du Mucem depuis 2013 » (22 mai 2018 – à date du 31 décembre 2018).

Sur les réseaux sociaux, la communauté du Mucem continue de progresser : fin décembre, le Mucem compte 148 645 fans sur Facebook (+5 279 soit +3,68%), 19 909 followers sur Twitter (+1806 soit +9,97%), 33 193 followers sur Instagram (+11 197 soit +50,9% ).

La fréquentation des groupes scolaires atteint 32 700 élèves. De même, les publics âgés de 18 à 25 ans ont nettement progressé avec près de
39 000 visites (+36%), grâce aux partenariats avec Aix-Marseille Université et avec l’organisation d’une programmation dédiée, les « Nuits Vernies ».