Haute Couture Automne Hiver 2017 / 2018

Haute Couture 3 juillet 2017
Automne Hiver 2017 / 2018

 

SCHIAPARELLI

L’hommage au cirque du juillet 2016 était tellement époustouflante que les collections qui suivent déçoive un peu. Certes les robes sont assez jolies, le savoir faire  parfait. Les codes sont là aussi,  plaqués,un peu simpliste,  comme pour dire «  nous sommes bien chez Schiap «  Mais pas d’esprit, pas d’humour. Dommage, on le sait Bertrand Guyon peut faire mieux ! Manque de moyens ?

 

 

IRIS VAN HERPEN

De saison en saison elle affine ses propositions, moins d’anecdote, plus de vêtements portables et très désirables pour qui aime ces impressions organiques et optiques. Toujours plus de légèreté, de travail sur  les coupes. Elle maitrise de mieux en mieux sa passion des volumes extravagants qui ravissent l’oeil. Toujours un vrai plaisir de se laisser entrainer dans l’univers d’Iris van Herpen.

 

 

GEORGES OBEIKA

Le créateur libanais européanise se plus en plus ses propositions, mais il dose et sait se rappeler qu’il est oriental et qu’il faut que ça se voit pour le plus grand plaisir de ses clientes. Ces clientes, en général des princesses qui vont cette saison, selon leur choix séduire en toute élégante provocation assez sexy !

 

 

DIOR

Cette collection est à mon avis meilleure que les deux précédentes. Joli travail sur les codes. Les lignes plus simples modernisent le propos. Pas mal de tenues de jour magnifiquement travaillées en atelier, ça se voit et on aime. Même regard sur certaines robes du soir et de cocktail. Maria Grazia Chiuri capte mieux l’esprit d’élégance de Christian Dior , mais pourquoi cette symphonie de gris et  de beiges ?  triste. Dommage !  Il est vrai aussi que peu de cliente s’offre la collection entière, une pièce grise dans un vestiaire ça passe. C’est l’accumulation qui pese et le décor.

 

 

 

 

 

RALPH&RUSSO

Bon ! Du noir, du blanc, une touche de rouge. Ca peut plaire. Pour le style et les volumes, pas de quoi se pâmer, c’est déjà vu et revu.

 

 

ANTONIO GRIMALDI

Honneur à Mona BISMARK, cette élégante folle de Haute Couture, comme Grimaldi. Le couturier italien a revu cette Haute Couture via l’esthétique de l’artiste norvégien Peter Nicolai Arbo. Une collection aux lignes aussi pure que généreuse ou, la laine, la soie, le cuir, la mousseline sont anoblis d’éclats métalliques. J’ai adoré les bijoux de Bernard Delettrez. Un chic très contemporain.

 

 

GIAMBATTISTA VALLI

J’adore la façon que Giambattista Valli a pour mettre en valeur le buste et les épaules des femmes, son sens de ses fameux volumes pour les robes de bal, son sens de l’élégance. Il a une préférence pour le cocktail et les grands soir, ces robes tutu à longueurs variables, aux couleurs douces  sont un rêve pur. J’en pince pour les robes rouge. Ca se voit non ?

 

 

HYUN MI NIELSEN

Premier défilé pour cette créatrice suédoise, née en Corée du Sud . Elle a travaillé aux studios McQueen, Givenchy et Balenciaga. Un très bon savoir faire, mais pour cette première expérience un manque de cohérence, trop d’idées qui fusent tous azimut perturbent  la compréhension de la proposition. A suivre quand même.