Pas si futile que ça, la mode !

Je ne peux résister a partager ces papiers qui révèlent le poids économique de la mode, plus lourd que les autres industries.

Je suis ravie car je n’ai jamais cesse en bientôt 20 ans de reportage sur la mode de souligner l’importance de l’économie dans ce secteur qui pour beaucoup est synonyme de futilité, de papier glacé, de paillettes de glamour, ou de rêves inutiles.

Le secteur de la mode, génère emplois, formations, bénéfices. On m’a tellement dit que le seul le rêve plaisait au téléspectateur, mais je glissais quand même l’info, le nombre d’emplois par maison, je n’ai jamais eu les moyens de pouvoir faire une étude aussi détaillée pour prouver la bonne santé du secteur ( on se méfie des journalistes qui posent trop de questions dans le domaine de l’argent…).

Voilà, 580 000 emplois directs et 1 million d’emplois en comptant la sous traitance. Cette réalité là, plait autant au public qui comprend mieux certaines choses, les prix par exemple, l’importance d’un personnel bien formé, etc…

On dit cocorico ? Non, Bravo, pourvu que ça dure !

 

 

 

un-modele-de-la-collection-chloe-presente-le-3-mars-2016-lors-de-la-fashion-week-a-paris_5558041

En France, la mode rapporte plus que l’automobile et l’aéronautique réunis

L'industrie française de la mode génère un chiffre d'affaires annuel de 150 milliards d'euros, soit 1,7% du PIB, selon une étude dévoilée mardi.

-> À lire sur L'Expansion

 

 

 

2032475_la-mode-defend-son-poids-dans-leconomie-francaise-web-tete-0211357016548

La mode défend son poids dans l’économie française

-> À lire sur Les Echos

 

 

 

952865-backstage-lanvin-paris-280916-paolo-verzone-vu

La mode fière de son poids

Pléthore de chiffres à l'appui, une étude vient rappeler l'importance du secteur dans l'économie française, en termes de retombées financières et d'emploi notamment. Entre le coup de gueule et le besoin d'amour.

-> À lire sur Libération