Le défilé des vanités

couv poche defiledesvanites ok

C’est la Fashion Week, comme d’habitude ça se passe aussi bien dans la rue que sur les podiums, c’est à qui se fera le plus photographier, look souvent assez créatif et vanités inutiles.

 

 

C’est le microcosme de la mode tellement bien décrit par Cécile Sepulcre dans un ouvrage désopilant de causticité  « Le défilé des vanités ». Cécile Sépulcre à été directrice de la rédaction du magazine de mode haut de game « L’Officiel de la mode », elle sait de quoi elle parle et en parle bien, avec humour et une certaine cruauté, probablement pour souligner la cruauté de ce millieu plus que superficiel (mais pas que, pire !). Elle a tout vu, tout entendu et le restitue en romançant la vérité. C’est l’histoire d’une stagiaire plus ambitieuse qu’un candidat à la présidence de la République et qui affronte toutes les humiliations, avale toutes les couleuvres, pour parvenir à ses fins : exister dans un magazine de mode ! Dieu sait que ce milieu est méchant…

Cécile Sépulcre croque à l’acide une série de portraits qui va de la propriétaire du magazine à la stagiaire rédactrice en passant par les directeurs artistiques, photographes, stylistes, mannequins et j’en passe, tous aussi arrogants et crétins les uns que les autres. On savoure ces histoires extravagantes qui pourtant sont vraies. Cécile Sépulcre décrit cet univers impitoyable avec un mordant drôle et un cynisme désopilant, comme on aime : subtil mais tranchant.

A lire pour ne plus avoir envie d’être une bécasse perchée sur des Louboutin qui font mal aux pieds.